Le format RAW et les espaces couleurs.



Nos boîtiers nous offrent la possibilité de choisir un espace colorimétrique à la prise de vue. Cependant, ce choix n’aura aucune incidence sur votre format RAW. Les espaces seront appliqués au Jpg lors du traitement interne du Boitier. Il n’affectera que le rendu du jpg de l’interprétation de l’histogramme sur le display de l’appareil photo. Pour le format Raw, il restera la trace du choix de profil dans les balises de métadonnées écrites à la prise de vue.

Les deux profils disponibles sur la majorité des boîtiers sont l’Adobe 1998 et le SRGB.

SRGB, ou standard RGB (« Red Green Blue », en français « Rouge vert bleu normal »), est un espace de couleur informatique proposé par Hewlett-Packard et Microsoft en 1996, utilisé dans les dispositifs numériques, notamment les écrans d'ordinateurs.

L'espace de couleurs sRGB est défini par la norme CIE 61966-2-1 (1999). Il relie la recommandation ITU-R BT.709 sur l'image vidéo au corps de normes et méthodes colorimétriques définies depuis 1931.

2. L’espace colorimétrique Adobe RGB (1998) est un espace couleur RVB développé par Adobe System, Inc. en 1998. Il a été conçu pour englober la plupart des couleurs réalisables sur les imprimantes couleur CMJN, mais en utilisant des couleurs primaires RVB sur un périphérique tel qu’un affichage de l’ordinateur. L’espace de couleur Adobe RGB (1998) englobe environ 50% des couleurs visibles spécifiées par l'espace de couleur CIELAB - en améliorant la gamme de l’espace couleur SRGB, principalement en teintes cyan-vert.

Maintenant présenté avec les définitions Wikipédia

Il faut souligner que nos boîtiers actuels dans la grande majorité sont capables de saisir des couleurs hors de ces espaces intégrés au menu. Ils permettent d’aller chercher des gammes étendues dans le spectre visible surtout dans les jaunes et cyans. Lors de la conversion des couleurs il y aura une perte de saturation dans les parties écrêtées du spectre. Il sera donc impossible de présenter les couleurs les plus saturée dans vos images jpg et analogique. Le travail des RAW en mode couleur étendue donne la possibilité de contrôler finement cette conversion.

Les logiciels dématriceurs sont plus ou moins souples dans le développement des RAW. Il y a cinq espaces proposés par caméra RAW depuis l’apparition de l’espace écran P 3 contre 4 espaces dans Lightroom.

Parmi les choix, on relèvera l’espace pro photo RGB. Cet espace couvre l’entièreté de la gamme des teintes capturées par votre appareil photo numérique. Il est conseillé de l’exploiter en profondeur de fichier 16 Bits

Le Pro Photo-RGB, l’espace colorimétrique capable d’englober la totalité des gamuts des produits kodak (Ektachrome, Kodachrome, etc.). Il a été développé par Kodak. A cette époque, la colorimétrie maîtrisait encore assez mal l’art de développer un profil colorimétrique homogène et la plupart des espaces couleurs étaient dérivés des standards de télévision. Le Pro Photo-RGB souffre donc d’un manque d’équilibre, qu’on a tenté de compenser par une taille énorme.

Caméra RAW


Lightroom


Le photographe à toutes les raisons de vouloir conserver aussi longtemps que possible les couleurs capturées par l’appareil photo :

Si on utilise l’espace couleur Pro Photo RGB, les images converties conserveront l’ensemble des couleurs saisies lors de la prise de vue, permettant d’en faire des fichiers maîtres de type Bitmap que l’on pourra retravailler plus tard sans perdre des informations de couleurs.

Le moteur essentiel de cette méthode est la course à la technologique.

Elle a un réel impact sur les médiums de lecture de l’image. Nous voyons une évolution dans les technologies d’impression. Certain écran SRGB sont capables de vous apporter une meilleure gestion de la couleur. L’arrivée des écrans à gamut étendu qui était réservé aux professionnels se démocratise. Cela permet aux passionnés de s’offrir des écrans longtemps réservés aux retoucheurs professionnels

Aucun écran n’est capable actuellement de vous restituer le profil Pro photo. Mais rien ne dit que cette technologie ne sera pas prochainement accessible. Cette révolution pourra amener les écrans à gamut étendus aux plus grands nombres. Il pourrait devenir un standard de lecture en provoquant la disparition des écrans SRGB.

Mais pourquoi utiliser des écrans à gamut étendu ?

On tronquerait inutilement les couleurs affichées ; lors du traitement d’images en sRGB, la précision est primordiale : même si votre image finale comportera un volume des couleurs restreint, il faut commencer le traitement avec un volume plus important. Le théorème d’échantillonnage de Nyquist stipule que, pour représenter correctement un signal numérisé, la fréquence d’échantillonnage d’un signal doit être égale ou supérieure au double de la fréquence maximale contenue dans le signal. Pro Photo RGB est le plus grand des espaces couleurs proposés par les logiciels de développement RAW d’Adobe, il remplit donc les conditions requises.

Si je devais quantifier l’espace Pro photo, il est quatre fois plus large de l’adobe 1998 qui lui est deux fois plus large que le SRGB.

Gestion des couleurs dans les logiciels adobe.

Lightroom et Camera Raw partagent un module commun de développement des fichiers Raw. Il est important d’effectuer des étapes de gestions des couleurs avec les logiciels de dématriçage d'Adobe, de l'attribution du profil ICC de l'appareil photo automatiquement ou manuellement à la conversion dans un espace couleur neutre, en passant par la balance des blancs...

La gestion des couleurs dans Camera Raw ou Lightroom (Adobe) se fait en trois étapes principales :

L'attribution du profil ICC de l'appareil photo automatiquement ou manuellement

La balance des blancs

Attribuer un profil ICC dans Camera Raw et Lightroom

Tout fichier couleur pour afficher les "bonnes" couleurs ont besoin de se voir attribuer le bon profil ICC. Puisque le fichier est ouvert en dehors du boîtier, cette attribution ne peut avoir lieu que dans le logiciel de développement, quel qu'il soit. Camera Raw et lightroom attribue automatiquement le profil ICC de votre appareil photo, mais il est possible de prendre la main sur cette étape.

La balance des blancs pour neutraliser les teintes...

On l'ignore parfois, mais ce que l'on appelle communément la balance des blancs joue sur deux paramètres très différents. La température de couleurs qui donne son caractère chaud ou froid à la photo et sa teinte (vert/magenta). Autant la première relève presque d'une affaire de goût et est facile à "corriger", autant la seconde est sournoise donc compliquée à corriger à l’œil nu. Les fameuses pipettes de balance des blancs sont alors d'une aide très précieuse. Encore faut-il la faire sur un "vrai" blanc c'est-à-dire un blanc pas seulement pour notre œil mais aussi pour cette pipette



0 vue