Le Stage Macrophotographie et Proxiphotographie



Voici, un article explicatif concernant le workshop dédié à la photographie de petits sujets. Que ce soient des bijoux, fossiles, minéraux, en passant par le monde végétal et animal. Autant de sujets qui demandent une pratique particulière. On parlera de pouvoir de grossissement et tirages optique. Permettant de saisir le monde du petit sujet dans une bonne occupation du cadre. Je vais commencer par définir le champ d’action que j’aborderai de manière détaillée lors du stage.

La Définition

.

Pourquoi parler de La photographie rapproché ?

C’est très simple, cette discipline englobe la Proxiphotographie, la macrophotographie et même la microphotographie.

Je vais commencer par la définition de la microphotographie. Elle demande un matériel très spécifique. En effet, La microphotographie est destinée au monde scientifique. C’est une pratique permettant d’obtenir des rapports de grossissement qui dépassent le 10 pour 1.

La macrophotographie est souvent assimilée à la photographie rapprochée (proxiphotographie). La raison en est simple. Elle fait appel à l’aspect commercial. En effet dans l’absence de réglementation autour de cette appellation "MACRO". Les fabricants d’APN (Appareils Photo Numériques) galvaude souvent l’appellation macrophotographie. La plupart des photographies dite "Macro", ne peuvent pas être définies comme telles.

Explication : On détermine que la macrophotographie s’applique à la représentation d’un sujet à partir du rapport 1 :1 et au-delà (2 : 1,5 :1 et jusqu’à 10 :1). En réalité, si un objet fait un cm dans l’environnement. Il sera représenté de la taille de 1 cm sur le capteur. Donc suivant les tailles des capteurs, l’objet occupera une place de 1 cm dans la taille de capture. (10mm sur les 24mm/36mm d’un full frame en capture) si le sujet dépasse la taille du capteur (une fleur par exemple) seul une partie pourra être capturée au déclenchement.

La Proxiphotographie regroupe les photos réalisées entre les rapports 1 :1 et 1 :10. On utilisera cette approche pour apporter une liberté dans la composition.

La photo qu'on appellera proxiphotographie est dédiée à la photo de nature. Un énorme pourcentage des clichés sont réalisé pour illustrer l’aspect naturaliste. Et une tendance artistique s’est dégagée au fil des années par la mise en œuvre de techniques créative.

Il faut prévoir pour ce faire des accessoires :

Pour obtenir un rapport de 1 :1 et plus, il faut utiliser des accessoires optiques ou mécaniques : Accessoires mécaniques :

Les bagues allonges, les soufflets, ou les bagues d’inversion.

Je ne peux pas vous parler précisément de ces accessoires mécaniques.

Les bagues allonges sont des tubes sans éléments optique. Ils sont de différentes longueurs et peuvent être empilés pour obtenir des agrandissements plus ou moins importants.

Le soufflet, suit le même principe à l’exception près est beaucoup plus modulable, il est donc plus facile de changer de rapport d'agrandissement en allongeant ou réduisant le soufflet. Il reste cela dit un souci majeur. Il est beaucoup plus fragile et difficile à utiliser en situation de prises de vue sur le terrain extérieur. Ce n’est pas impossible. Mais, la mise en œuvre est délicate.

La bague d’inversion, se place généralement sur un objectif grand-angle et permet de visser l’objectif à l’envers sur le boitier. La focale reste la même, mais par contre on peut se rapprocher fortement du sujet.

Dans toutes ces approches mécaniques, la constante reste que l’on modifie l’emplacement du point focal vers le sujet en s’éloignant du plan film. Il va en résulter une perte de luminosité importante. Plus la combinaison d’empilement est grande, plus la lumière viendra à manquer.

La bague d’inversion, se place généralement sur un objectif grand-angle et permet de visser l’objectif à l’envers sur le boitier. La focale reste la même, mais par contre on peut se rapprocher fortement du sujet. Il existe aussi l’inversion d’une optique sur une optique déjà montée sur l’APN.


Voyons les accessoires optiques :

Les bonnettes ou les objectifs macro.

La bonnette se présente sous forme de filtre. C’est une lentille convergente, que l’on visse sur l’objectif. Son fonctionnement est assimilable à une loupe. Elle permet d’obtenir des rapports d'agrandissement de l’ordre de 1 :1. La perte de luminosité n’est pas le problème de ce genre d’accessoire. Le problème apparait sous forme de déformations optiques. L’apparition d’aberrations optiques se fait rapidement sentir.

Les objectifs macro

Ils sont conçus pour obtenir des rapports d'agrandissement de 1 :1 voir plus, sans l’ajout d’accessoires supplémentaires. Il existe même des optiques qui permettent de le dépasser sans addition de matériel mécanique. Il existe un zoom macro chez canon entre autres qui permet d'obtenir du 5 :1 Ayant travaillé avec les objectifs macro (Sigma 105mm et Sony 100 et 50 mm f/2.8 Macro), C’est un sujet que je vais longuement aborder tant dans sa fonction macro que leurs fonctionnements en Proxi photographie

Tout d’abord, pourquoi ai-je choisi cet objectif macro ?

Les objectifs macros, varient principalement par leur longueur focale. 50-60mm, 90-105mm, 150mm, voir180mm… Plus la longueur focale est grande, plus on peut se tenir éloigné de notre sujet. Donc pour des sujets farouches, comme des papillons, une longueur focale importante est nécessaire, pour éviter qu’ils s’envolent. J’aborde dans le stage cette notion de distance de mise au point. Les avantages des focales dans la technique.


Je parle également des principales difficultés, liées à l’utilisation d’un objectif macro. Il faut avant tout préciser qu’un objectif macro, peut servir à bien d’autres choses que de la macrophotographie. Il est par exemple un très bon objectif pour la réalisation de portraits. Car avec une ouverture de f/2.8, il permet de bien détacher le sujet photographié, avec un beau bokeh (flou artistique) en arrière-plan.

J’aborde également dans le stage la problématique de la lumière et comment arriver à mettre en place des astuces simples pour s’adjoindre les services des flashs embarqués, des flash cobra. Je détaille également les solutions proposées spécifiquement pour la macro. Nous parlerons de quelques notions de base de l’éclairage artificiel en extérieur.

On verra également les solutions de stabilisation, quel type de trépied, rotules. L’utilisation de monopode et bien d’autres astuces !

Si vous êtes intéressé par la photo de proximité rester alerte, un stage arrive fin Août, et il sera régulièrement proposé.