Le portrait et quatre fondamentaux



Le portrait n’est pas une discipline aussi facile qu’on le pense.

On a une personne dans l'axe de son optique et on en fait des photographies ! Quoi de plus simple ? Me diriez-vous ! Mais, c’est un peu plus complexe que cela.

Techniquement, nous pouvons penser qu’il suffit de figer un instant de vie offert par notre "modèle". On appuie sur le déclencheur. La photo est dans la boite. Et, c’est bien ce qu’il se passe si on ne regarde pas plus loin

Mais, est-ce suffisant ? Si on admet que l’acte photographique est destiné à immortaliser un instant dans l’aspect documentaire, je vais prendre un reportage de vacances pour exemple. C’est probablement un acte suffisant.

Maintenant, tout dépend de ce que l’on entend par portrait.

Pour moi, un portrait ne se limite pas à la représentation physique ou au trait du visage d’une personne. Un portrait se doit de capter un moment privilégié. Il faut trouver un instant où s'opère une sorte d'alchimie entre la proposition de la personne photographié et son attitude dans un fait donné. Littéralement, c’est impressionner le plan film de ce petit supplément d’âme. C’est mettre en avant un morceau de la personnalité de notre sujet.

Dans le cadre d’une ambiance familiale faire du portrait relève plutôt de l'émotion immédiate. C’est une capture en toute simplicité. Il ne s’agit pas de faire de la photo sans prise de tête. Comme je viens de l’évoquer en entrée, La fonction de ces portraits est de garder un souvenir agréable d'un moment.

Cela dit, on peut obtenir bien plus qu'un simple souvenir agréable en modifiant son approche. Si on aborde cette discipline photographique plus sérieusement. Quand elle devient une passion. On va passer par une phase d’apprentissage. On va approfondir ses connaissances pour améliorer dans un premier temps la photographie de ses proches. Ce sont en effet les personnes les plus disponibles pour vous entrainer. Pour obtenir un court instant, cet instant de vie, il y a des choses à mettre en place, à préparer. Je ne parle pas d’un lieu, ni d’un choix vestimentaire.

Il est question de son conditionnement en tant que photographe. Il faut s'impliquer.

Et Pourquoi me direz-vous ?

C’est tout simplement pour éditer dans un premier temps des photos qui nous parlent. Il s'agit également de véhiculer un message, une narration intéressante. Voyons ensemble quatre points capitaux dans la mise en place d'un portrait.

On va s’intéresser à La pose :

Prendre la pose ne doit pas devenir une intention artificielle ou convenue. C’est une mise en scène avant tout. C’est un travail complet entre l’émotion et l’attitude et les facteurs extérieurs tels que le lieu, la lumière, les arrière-plans, etc... La présentation d’une personne photographiée doit apporter des angles différents, il faut penser à la mise en valeur.

Il faut faire preuve d’imagination, créer des situations différentes, varier les clichés que l'on prend d'une même personne. Il faut travailler l’intention photographique et ne pas rester bloqué sur une attitude unique d’une personne dans son fauteuil. N'hésitez pas à utiliser l'environnement pour mettre en situation le sujet. On peut donc dans une série de travail faire des photos sur le canapé. Et Ne négligez pas les autres meubles. Il faut construire des situations pour obtenir des poses différentes et intéressantes. Une narration, c'est la clé d’un portrait réussit. Et, cela passera également par la ligne de corps et l’émotion inscrit dans le visage.

En situation de portrait d’environnement, le simple fait reste de passer de pièces en pièces. Cela permet de faire tourner votre imaginaire et celui de votre modèle. Le résultat se marquera dans la réalisation de vos différents clichés. Il s’instaurera une complicité entre le photographe et la personne photographiée. L’important est de faire tomber le stress tant pour le modèle que pour le photographe. En portrait de studio, c’est un peu plus compliqué, mais il est aussi possible de jouer la carte du mobilier et des accessoires. Vous devez aussi mettre en place le contact humain, parler, avoir de l'humour, peut aider à mettre en confiance le sujet. Devant un objectif, on a toujours une appréhension. Il est important de rentrer en empathie avec la personne avec qui vous collaborez.

La lumière en outil narratif : Il ne faut pas négliger l’importance de la lumière. S’il est vrai que le portrait peut se pratiquer n'importe où ! Si, la lumière vous fait défaut, le résultat ne sera pas au rendez-vous. Au-delà de l’aspect habituel de la montée en iso qui dégrade votre image dans les extrêmes (voir mon article sur le bruit numérique). Le cliché lui souffrira d’un manque de volume. Les photos sont bien tristes dans ces conditions de prise de vue. Vous pouvez utiliser la lumière naturelle sans "artifices". J’entends par artifice l'usage de flash (attention l'utilisation correct des flashs demande de la maîtrise). Si l'objectif en prise de vue est bien de créer un modelé. Le passage à l'utilisation de la lumière des flashs peut aider à réaliser vos idées. Ils sont des atouts majeurs dans l'élaboration de captures esthétiques.


projet : Entre Ciel et Terre de la vapeur.

Travail en lumière naturel sans réflecteur, sans flash

Base technique : le zone system

Le travail de la lumière permet d'apporter un réel plus aux photos. Si la maîtrise des flashs vous fait défaut, il est préférable d'utiliser la lumière naturelle et des réflecteurs (même si elle est un peu légère en termes de quantité). En effet le manque technique se paye cash avec la lumière au flash. Un contrôle approximatif va vous apporter des portraits surexposés avec un fond complètement noir ou très foncé dans la majorité des réalisations. Le second défaut, c’est le risque de se retrouver avec des images dénuées de volume. Ne perdez jamais de vue que ces lumières permettent d’orienter l’ambiance d’une photo. Elle permet de créer une atmosphère. Un éclairage trop direct du flash de son appareil photo peut casser le charme d’une scène.


projet réalisé en camp de reconstitution

technique strobist

utilisation de modeleur et flashs cobra

Un passage par des séances de portrait en studio peuvent vous aider à comprendre la mécanique de l’éclairage. Ils aident aussi à analyser la manière dont on façonne un modelé. Le portrait en studio est formateur pour l’œil. Le studio donne des automatismes pour gérer la lumière naturel en jouant dans l’environnement. Il précise les choses et permet de reproduire des intentions en situation de prise sur le terrain.


Portrait en studio

Travail au flash de studio et modeleurs variés

Il est également important de faire une mesure de la lumière précise. D’avoir conscience que vous devez protéger la texture de la peau. Restez focalisé sur le placement de l’exposition de la peau dans sa bonne tonalité. Cela évite de se faire piéger par son environnement, Par les tenues tantôt blanches, tantôt noir (je pense à la situation de mariage). Mais les pièges peuvent arriver aussi de la perturbation des cellules par des luminaires dans le champ. Il est recommandé de faire la mesure de la lumière sur le visage de la personne photographié. Mais cette règle n’est pas toujours à appliquer. Il faut toujours réfléchir en termes d’ambiance. (Voir les exemples ci-dessous.)

La règle d’or, Il ne faut rien s'interdire. Mais il est important d’inscrire ses choix dans une vraie démarche. La magie du portrait opère quand vous avez une direction pour votre pratique photographique.

Le lieu : Dans un lobby d’hôtel, dans la rue, chez soi, sur un lieu de travail, dans une chambre, en plongée et contre-plongée, dans un escalier, le portrait peut se pratiquer partout. Avec un cadre, il est toujours plus simple d’appuyer une narration. C’est un super complément pour agrémenter vos histoires.

Nous entrons là, dans l’aspect purement de mise en scène. Le lieu peut être le cadre de vie ou de travail propre à personne que vous photographiez. Mais vous pouvez délibérément vous mettre en chasse de lieux atypiques pour créer un environnement et une histoire. Cela dit, gardez toujours à l’esprit le côté sécurité tant pour vous que pour vos modèles. Nous parlons ici de scénariser comme le ferai le réalisateur au cinéma. Cela permet d’exploiter dans un même lieu, plusieurs cadres, plusieurs scénettes. Nous allons pouvoir nous en donner à cœur joie dans le travail de la prise de vue.

Voici une vidéo de mise en scène de Von Wong (projet Oxygène).

https://www.youtube.com/watch?v=Q3nOjvvjeOU


Faites la chasse aux objets perturbateurs.

Il est super important de garder un contrôle sur votre environnement. Imaginer un portrait dans une cuisine avec derrière la personne une poubelle qui déborde, un essuie en boule sur le plan de travail. L’impact visuel risque d’être altéré par de tels éléments. Il va perturber le regard.

Regardez vos arrières plans, identifier les éléments qui sont dans votre cadre. Car, il suffit simplement de déplacer certain objet pour avoir une photo d’exception. C’est dans la gestion des petits détails que se reconnait de bons clichés. Pour avoir le moins d'éléments en arrière-plan, on peut librement intégrer des éléments dans la photo comme une table ou une chaise, mais il faut lui donner un rôle à part entière dans la photo. Il faut donc faire attention à ce qu'on laisse apercevoir en arrière-plan. Mais ne pas s'interdire d'utiliser les différents objets ou meubles présents. Cependant, il est préférable voir indispensable qu’il ait un sens narratif dans ce que vous présentez. Le lieu peut aider à enlever le stress du modèle. Il est impératif d’évacuer le stress. La personne doit être à l'aise. Derrière l’objectif c’est un être humain qui photographie un autre être humain. Il doit s’établir un lien, une connexion avec la personne photographiée. Le lieu permet de scénariser la séance de portrait. Il peut également se révéler un atout majeur. En effet en gardant la personne photographiée dans son élément une partie du stress est déjà évacué pour celle-ci. On peut aussi imaginer une séance de prise de vue dans un lieu urbex. C’est bien dans ce cadre que la sécurité est de mise. Il faut faire du repérage, analyser le potentiel et l’état des lieux. On ne débarque pas en friche industrielle en faisant prendre des risques inconsidérés au modèle.

C’est pour éviter ce problème qu’il m’arrive de faire des démarches auprès des propriétaires des communes. Je choisis également de prendre contact avec des structures qui font office de lieux touristique.


Reconstitution d'un hôpital de Campagne.

Benoit tranchant m'a demandé de garder l'ambiance de la tente hôpital.

travail en basse lumière avec deux spots de salle d'opération.

Le fond : Le fond de l'image dans un portrait est très important. Le fond c'est simplement ce qui apparaît dans l'arrière-plan de la photo. Il doit être le moins perturbant possible, afin de ne pas trop attirer l'œil sur des éléments périphériques du portrait. Donc quand on photographie quelqu'un, il faut à la fois prendre soin du cadrage de la personne que l'on photographie, mais aussi faire attention à ne pas inclure dans la photo, des éléments trop dérangeants. Et l'idéal c'est de rendre le fond flou, pour que le regard soit concentré sur le sujet et ne soit pas distrait par d'autres éléments qui n'ont que peu d'intérêts. Avec ces quelques conseils, vous voilà mieux armés pour pratiquer le portrait !



0 vue